Sprint urbain : explications

Présentation du sprint urbain

" Depuis quelques années, on remarque un fort engouement pour un nouveau format de course d’orientation : le sprint urbain. Discipline récente dans l’histoire de la CO, le sprint se caractérise par la vitesse de course qui impose de réaliser des choix d’itinéraire dans des conditions de réflexion difficiles ! Les meilleurs réalisent des temps de 12 à 15 minutes pour des circuits de 3 à 3.5 km (à vol d’oiseau…). Une lecture de carte à ce rythme nécessite des qualités complètes, tant au niveau technique que physique.

Par son dynamisme, le sprint offre un format de course attractif et est très prisé par les jeunes pour son côté "fun".

Le principal atout du format sprint est de présenter la course d’orientation au plus grand nombre dans un milieu urbain tentant ainsi de démystifier la course d’orientation et de la rendre accessible à tous." (extrait du site internet du championnat de france de sprint)

Sur un sprint long, la découverte des postes (balises) est facile mais c'est la planification du meilleur itinéraire possible qui est difficile.

Quelques exemples de sprints urbains dans des lieux mythiques

  • leLondon city race en septembre 2013 (1200 participants)
  • le MOV dans le centre ville de Venise au mois de novembre 2012 (2000 participants)
  • la semaine automnale en Bretagne en novembre 2012
  • le championnat du monde au mois d’aout 2011 à Aix les bains et Chambéry (4000 participants)
  • les 5 jours de Provence en octobre 2011, avec une course dans le centre ville d’Avignon (1500 participants)

Pour approfondir 

Il est important de bien assimiler les particularités du dessin urbain afin d'éviter les pièges, identifier des passages autorisés, construire un itinéraire dans le dédale obscur de la ville, etc ...

C’est ici que vous trouverez les fondamentaux de la norme ISSOM 2007.