Technique


Chaque licencié peut, à sa demande, être évalué avant de participer à une compétition.
Le formateur étudiera votre comportement sur une des courses du calendrier régional afin d'en tirer le bilan pour votre progression technique.

Les fondamentaux

photo-carte.jpg1. Orientez votre carte pour en tirer le meilleur parti.                             
Pour cela, il faut la faire pivoter jusqu’à ce que l’extrémité rouge de l’aiguille de la boussole (nord)  pointe vers le haut de la carte, parallèlement aux lignes bleues imprimées.

2. Pliez votre carte de manière à ne faire apparaître que la surface utile : d’où vous êtes, jusqu’à la prochaine balise.

3. Placez votre pouce sur la carte à proximité de l’endroit où vous vous trouvez. Vous perdrez moins de temps à vous resituer la prochaine fois que vous la consulterez. Un moyen mnémotechnique pour ne rien oublier: la carte POP (pliée, orientée, pouce)

4. Choisissez un point d’attaque. Ce dernier peut se définir comme un élément facile à atteindre, à proximité du but.
Dans l’exemple ci-dessus, le tournant du sentier est un bon point d’attaque.

5. Déterminez votre itinéraire à l’avance et ne partez jamais «au petit bonheur» vers la balise suivante. Les idées ne viennent pas en cours de route, et les éléments rencontrés – pas toujours attendus – augmentent la confusion.

6. Utilisez tous les éléments de la carte, et pas seulement les routes et les sentiers. Fossés, talus et relief sont très
fiables. Les limites de végétation peuvent être utilisées si elles sont nettes. Par contre, il faut éviter les détails ponctuels
(trous, charbonnières, cuvettes, souches) et les végétations en évolution (basse et clairières en particulier).

7. Fixez-vous des lignes ou points d’arrêt afin de ne pas poursuivre indéfiniment un cap ou un chemin. Ici, avec le même exemple 7-8, une falaise au pied d’un long rentrant bien marqué.

8. En l’absence de points de repère, appréciez les distances parcourues. Les orienteurs comptent souvent leurs
doubles foulées pour savoir quand tourner ou s’arrêter. Pour cela, il faut d’abord les étalonner sur des distances précises, une piste d’athlétisme par exemple, et tenir compte de la fatigue. Avec de grandes jambes, on peut compter 32 doubles foulées sur 100 mètres.

9. Une fois arrêté votre choix d’itinéraire, appliquez la règle des feux tricolores. Vert : vitesse maximum, orientation
sommaire ; orange : vitesse ralentie, arrivée au point d’attaque ; rouge : vitesse lente à l’approche du poste.

10. Perdu ? Avec une carte et une boussole, on ne l’est jamais vraiment. Le premier réflexe est d’orienter sa carte,
de gagner un chemin et déterminer sa direction générale, de comparer les éléments rencontrés sur le terrain avec la
carte, puis de procéder par élimination.

11. Savoir prendre un cap avec une boussole à capsule mobile est très utile (voir chapitre suivant).

12. Après la course, reproduire ses itinéraires sur la carte et réfléchir aux alternatives possibles est un bon exercice.

L'anatomie de la boussole

Il existe deux types de boussoles : la boussole à plaquette et la boussole de pouce

La boussole à plaquette

boussole-plaquette.gifLa plus connue des orienteurs (confirmés ou débutants)

Une bonne boussole à plaquette possède une capsule mobile avec graduations angulaires (360°), remplie de liquide pour amortir les rotations de l’aiguille aimantée qui s’y trouve prisonnière.
Cette aiguille possède une extrémité rouge qui pointe toujours vers le nord magnétique.
La plaquette, transparente pour permettre la lecture de la carte, doit avoir, gravées sur ses bords, des échelles pour le calcul des distances (le plus souvent 1/15000e 1/25000e, mm et cm).
Options intéressantes :
• une loupe, pour une lecture plus fine de la carte,
• des gabarits (cercle, triangle), pour recopier les parcours,
• un cordon, pour fixer la boussole au poignet.
Pour les lignes nord-sud et la flèche de direction, voir ci-dessous «Boussole, mode d’emploi».

 

 

 

 

La boussole de pouce

photo-boussole-pouce.jpg


La boussole de pouce est à capsule fixe ou à capsule mobile. Dans ce cas, elle peut s’utiliser comme une boussole à plaquette. Quel que soit son type, la boussole de pouce permet de conserver en permanence, et dans la même main, la relation carte/boussole. Mais elle ne peut convenir qu’à l’orienteur confirmé, possédant une excellente relation carte/terrain, car avec la capsule fixe le calcul d’azimut précis est impossible.

 

 

 

Mode d'emploi de la boussole

Vous êtes au poste 7, vous voulez atteindre le poste 8.
photo-mode-emploi-1.jpgA. Placez la boussole sur la carte de manière à faire coïncider son arête longitudinale avec le trait reliant le poste 7 au poste 8. La flèche de direction de la boussole doit indiquer la direction 7-8







photo-mode-emploi-2.jpgB. Faites pivoter la capsule de la boussole jusqu’à ce que les lignes nord-sud de la capsule (rouge, noir) soient parallèles aux lignes bleues de la carte. Le nord de la capsule (lettre N) doit «viser» le nord de la carte.

 

 



La carte

La course d’orientation possède sa propre représentation graphique du terrain. Décidée au niveau de la Fédération Internationale (IOF), elle a valeur universelle. Partout où vous courrez dans le monde, les couleurset les symboles auront la même signification. Ne s’y ajouteront que, ponctuellement, des symboles locaux.La carte comporte obligatoirement :

  • l’indication de l’échelle et de l’équidistance,
  • le symbole du nord ainsi que des lignes verticales bleues ou noires, parallèles, sens nord sud de la carte, destinées à faciliter la prise de visée,
  • des cases A, B et C à poinçonner manuellement en cas de dysfonctionnement d’un poste de contrôle électronique,
  • les symboles spécifiques au terrain cartographié et leur définition.


LES PRINCIPALES COULEURS
Blanc : forêt ou bois où la vitesse de course est de 100 %
Verts 1, 2 et 3 : la végétation plus dense course limitée (1) difficile (2) à impossible (3)
Bleu : les éléments hydrographiques
Jaune : la pelouse, les prés, les zones ouvertes permettant au soleil d’atteindre le sol
Noir : les éléments de planimétrie (habitation, chemin, sentier, limite de végétation, route, rocher, falaise, trou, petite dépression, souche, mur...)
Brun : les courbes de niveau, autres éléments de planimétrie (fossé, levée de terre, ravin...)
Violet : matérialisation du parcours (départ, postes, arrivée) lorsque celui-ci est fourni imprimé + les zones dangereuses (zones dévastées par la tempête, par exemple) ou interdites

ÉCHELLES

C.O. pédestre : au 1/5000e (sprint), 1/7500e, 1/10000e et au 1/15000e ; C.O. à VTT : au 1/20000e
C.O. à skis : au 1/10000e ; Raid d’orientation : 1/20000e  et 1/25000e

Coeur et activité sportive

ImageUn petit rappel, surtout lorsque l'on a des températures un peu extrêmes...                                                                        

LES 10 RÈGLES D’OR
Recommandations édictées par le Club des Cardiologues du Sport

1/ Je respecte toujours un échauffement et une récupération de 10 minutes lors de mes activités sportives

2/ Je bois 3 à 4 gorgées d’eau toutes les 30 minutes d’exercice à l’entraînement comme en compétition

3/ J’évite les activités intenses par des températures extérieures inférieures à -5°C ou supérieures à 30°C

4/ Je ne fume jamais 1 heure avant ni 2 heures après une pratique sportive

5/ Je ne prends pas de douche dans les 15 minutes qui suivent l’effort

6/ Je ne fais pas de sport intense si j’ai de la fièvre, ni dans les 8 jours qui suivent un épisode grippal (fièvre + courbatures)

7/ Je pratique un bilan médical avant de reprendre une activité sportive intense si j’ai plus de 35 ans pour les hommes et 45 ans pour les femmes

8/ Je signale à mon médecin toute douleur dans la poitrine ou essoufflement anormal survenant à l’effort*

9/ Je signale à mon médecin toute palpitation cardiaque survenant à l’effort ou juste après l’effort*

10/ Je signale à mon médecin tout malaise survenant à l’effort ou juste après l’effort